Les progrès de l’internet – une escroquerie à éviter

Les progrès de l’internet – une escroquerie à éviter

Les progrès de l'internet - une escroquerie à éviter

MISE À JOUR : J’ai mis à jour ce post le 13 novembre 2007 pour ajouter un lien vers cette histoire de PC World détaillant les plaintes supplémentaires rapportées contre l’avancement de l’Internet par leurs clients ici dans l’État de Washington. L’article original se trouve ci-dessous :

J’ai reçu un appel aujourd’hui de Ryan avec Internet Advancement (lien préservatif appliqué). Selon Ryan, notre client, Avatar Financial, a besoin d’aide pour se positionner dans les moteurs de recherche – les méta-tags et le code nous empêchent de bien faire. J’ai essayé de demander à Ryan s’il connaissait bien l’industrie du référencement en général – je pense que c’est juste un vendeur avec un dialogue fixe qui n’a pas pris son café ce matin. Voici ce qu’il m’a répondu :
Les balises meta sont la clé pour obtenir des classements
Internet Advancement soumettra mon site tous les deux mois aux 16 principaux moteurs de recherche
Internet Advancement soumettra également mon site chaque mois à 8500 moteurs de recherche mineurs
La popularité des liens n’est pas (comme je l’avais supposé) une mesure des liens sur le web qui pointent vers un site ou une page donnée, mais un système de points basé sur le nombre de moteurs de recherche mineurs qui vous répertorient – si vous ne vous soumettez pas à ces sites, vous pouvez aussi abandonner les grands moteurs.

Ryan s’est mis en colère lorsque j’ai expliqué que MSN n’indexe pas les balises meta (ce qu’ils m’ont dit lors de mon entretien avec eux) et que Google et Yahoo ! ne tiennent pas compte des balises meta lorsqu’ils déterminent le classement d’un site. Il est devenu si écumeux et glauque (il vient d’inventer celle-là) que j’ai dû raccrocher et rappeler, mais pas avant de m’être assuré que Ryan savait exactement à quel point Avatar était bien classé pour tous les principaux mots-clés.

En rappelant, j’ai parlé à un homme aux manières beaucoup plus douces, Shawn. J’ai demandé à Shawn (un peu sournoisement) de m’expliquer comment fonctionnent les services d’Internet Advancement et ce à quoi je pouvais m’attendre en termes de prix, etc. Son récapitulatif :

Internet Advancement effectuerait une recherche par mots clés pour me dire quelles phrases seraient les plus importantes à cibler
Ils ajouteraient les métabalises importantes à mon site parce que « le classement dans les moteurs de recherche est basé principalement sur les métabalises et la popularité des liens ».
Ils feraient monter les « points » de popularité de mon lien en me soumettant à 16 moteurs de recherche de majeurs et 8500 de mineurs (même délai qu’auparavant – bimensuel pour les majeurs, mensuel pour les mineurs)
Ils garantissent par écrit que nous obtiendrons les 10 premiers résultats dans 6 des 15 principaux moteurs de recherche, dont AOL, Netscape, DMOZ, Overture et Hotbot (il ne se souvenait pas de tous les autres par hasard)
Les prix varient entre 89,95 et 129,95 dollars, avec un acompte de 1 100 à 3 000 dollars, selon la quantité de travail nécessaire au départ.

Ce n’est qu’après lui avoir offert un bon après-midi que j’ai vérifié les résultats sur Google pour « Internet Advancement ».

Apparemment, ils ont eu des altercations avec le bureau du procureur général de l’État de Washington, qui ont été résolues en août 2004 avec une amende mineure (plus de 100 plaintes et ils s’en sont sortis avec une tape sur les doigts). Il y a quelques dénégations ridicules dans ce fil sur le sujet ainsi que d’autres exemples de leurs méfaits et un autre fil WebProWorld ici sur le désordre qu’ils laissent à leurs clients. Et pour couronner le tout, leur propre site n’a pas de meta tags.

Tout compte fait, c’est l’un des joueurs les plus méprisables que j’ai vu dans le jeu de référencement des spams et des arnaques. Cela me dégoûte de penser aux milliers de dollars que les entreprises versent chaque jour à ces clowns pour obtenir des services qui n’ont aucune valeur commerciale ou marketing. Ces types sont sur ma liste de « sh-t ».

Remarque : je ne blâme pas les vendeurs qui appellent les entreprises – c’est leur travail et ils sont payés pour le faire. Il serait ridicule de ma part de leur demander à tous de se lever et de démissionner. La source malfaisante du script de désinformation qu’on leur donne, cependant, devrait recevoir le traitement Traffic-Power.

21
135